QCM corrigé du Contrôle de Gestion 87 questions

87 questions pour mettre à l'épreuve vos connaissance en Contrôle de gestion
QCM corrigé du Contrôle de Gestion 87 questions

Question 1
La comptabilité de gestion est un instrument au service du contrôle de gestion.
A- Vrai
B- Faux

Question 2
La comptabilité analytique permet d’estimer la rentabilité des produits de l’entreprise.
A- Vrai
B- Faux

Question 3
La comptabilité analytique permet d’estimer la valeur des stocks pour la comptabilité financière.
A- Vrai
B- Faux

Question 4
Les principaux objectifs de la comptabilité de gestion sont d’informer, prévoir, contrôler et sanctionner (ou récompenser...).
A- Vrai
B- Faux

Question 5
Toute entreprise de plus de 20 salariés est tenue d’avoir une comptabilité analytique.
A- Vrai
B- Faux

Question 6
La comptabilité de gestion est destinée à un usage interne dans l’entreprise.
A- Vrai
B- Faux

Question 7
Le principal objectif de la comptabilité de gestion est de servir au pilotage de l’entreprise.
A- Vrai
B- Faux

Question 8
La comptabilité analytique a pour objectif unique de calculer le coût des produits et services vendus par l’entreprise.
A- Vrai
B- Faux

Question 9
Le contrôle de gestion moderne a pour objectif d’orienter le comportement des individus dans l’entreprise.
A- Vrai
B- Faux

Question 10
L’efficience représente la capacité à atteindre un objectif fixé.
A- Vrai
B- Faux


Question 11
Le contrôle de gestion :
A- Est l’unique mode de contrôle dans les organisations
B- Permet la décentralisation
C- Permet d’appliquer un langage commun au sein de l’entreprise

Question 12
Le contrôleur de gestion :
A- Ne se confond pas avec le processus de contrôle de gestion
B- Fait seul le contrôle de gestion

Question 13
Le contrôle de gestion a une mission d’aide à la décision-
A- Vrai
B- Faux

Question 14
Le contrôle se limite aux actions de surveillance ou de vérification-
A- Vrai
B- Faux

Question 15
Le contrôle de gestion peut se résumer à la comptabilité de gestion (analytique et budgétaire)
A- Vrai
B- Faux

Question 16
Le contrôle de gestion :
A- Est un ensemble de procédures qui a pour but de permettre à la direction de s’assurer que les objectifs sont atteints de manière efficace et efficiente
B- Doit s’assurer que le comportement des individus est cohérent avec les objectifs de l’entité
C- Doit non seulement être appréhendé dans le sens de « vérification », mais aussi dans celui de « pilotage de l’organisation »
D- Les trois réponses sont exactes

Question 17
Le processus du contrôle de gestion implique les phases :
A- De prévisions budgétaires, pour indiquer la direction à prendre et le niveau de performance à atteindre
B- D’évaluation des performances, grâce au système analytique ou à la comptabilité de gestion
C- De contrôle budgétaire, caractérisé par le calcul et l’analyse des écarts entre les réalisations et les prévisions ajustées aux réalisations
D- Les trois réponses sont exactes

Question 18
Un processus est :
A- Un ensemble d’activités interreliées pour atteindre un objectif donné
B- Un ensemble de tâches cloisonnées-
C- Aucun des deux

Question 19
Les phases du système budgétaire sont consécutivement :
A- Prévision – budgétisation – contrôle
B- Budgétisation – contrôle – prévision
C- Contrôle – prévision – budgétisation

Question 20
Relevez les propositions qui peuvent caractériser le contrôle budgétaire :
A- Il est l’étape première de la gestion budgétaire
B- Il permet de rechercher les causes d’écarts
C- Il permet d’apprécier l’activité des responsables budgétaires VVVV
D- Il est constitué de deux activités principales : mises en évidence d’écarts et mise en œuvre d’actions correctives

Question 21
L'écart c'est la différence entre :
A- La prévision et la réalisation
B- La réalisation et la prévision
C- La prévision et l'estimation

Question 22
La comptabilité analytique est un outil utile
A- à la comptabilité financière
B- au contrôle de gestion
C- à la comptabilité nationale

Question 23
L’approche "contingente" consiste à affirmer l’existence d’un "one best way" unique :
A- Vrai
B- Faux

Question 24
Le programme des ventes définit les ventes en quantités-
A- Vrai
B- Faux

Question 25
Un « programme » :
A- Est une prévision d’activité à court terme pouvant être exprimée en unités physiques
B- Est une prévision stratégique engageant l’entreprise sur le long terme
C- Est un logiciel informatique de gestion utile au contrôleur

Question 26
Le budget déterminant c'est :
A- Le budget de production
B- Le budget de trésorerie
C- Le budget des ventes

Question 27
Le budget des ventes est :
A- Le deuxième budget à élaborer
B- Le troisième budget à élaborer
C- Aucune réponse n'est juste

Question 28
Le benchmarking ..
A- est une méthode de diagnostic et d’analyse qui consiste à se comparer aux meilleurs
B- est une méthode de diagnostic et d’analyse de la concurrence
C- est une méthode de calcul des coûts complets

Question 29
Le reporting est l’action qui consiste à faire remonter des informations principalement chiffrées, mais non uniquement, au siège ou à l’établissement principal
A- Vrai
B- Faux

Question 30
Le budget de production est le point de départ de tous les autres budgets
A- Vrai
B- Faux

Question 31
Un découpage en centres de responsabilité permet :
A- Détecter des coûts et des performances à différentes entités qui travaillent ensemble
B- De valoriser les échanges entre des centres
C- De motiver les dirigeants par une responsabilisation plus grande 
D- De repérer les centres qui dépensent et les centres qui rapportent
E- La construction des budgets

Question 32
Un centre de responsabilité est :
A- Une unité de fabrication en amont d’un processus conditionnant les autres activités
B- Une unité de décision décentralisée dans le domaine de la production ou de la commercialisation pour être plus efficace
C- Un groupe d’acteurs avec un responsable qui doit atteindre un objectif assigné
D- La visualisation de la hiérarchie au sein d’une entité

Question 33
Dire si les affirmations suivantes sont vraies :
A- Un centre de coûts doit réaliser un bien ou un service au moindre coût
B- Un centre de recettes doit maximiser un chiffre d’affaires d’un bien ou service
C- Un centre de profit doit dégager une marge maximale en tenant compte du coût des moyens investis

Question 34
Les différentes entités d’un groupe peuvent se livrer des prestations en interne :
A- A titre gratuit
B- A titre payant
C- Toujours à titre payant

Question 35
Les prestations payantes à l’intérieur d’un groupe sont valorisées à un :
A- Tarif de commercialisation interne TCI
B- Prix de cession interne PCI
C- Taux de crédit internalisé TCI
D- Participation compensatoire interne

Question 36
Le choix des tarifications entre entités doit permettre :
A- Une juste évaluation de la performance de chaque centre
B- Un pilotage de l’efficacité de l’ensemble des entités
C- Un respect de l’autonomie de gestion des centres de responsabilité VVVV
D- Une mesure du respect du budget de l’entité

Question 37
La tarification des prestations internes est liée :
A- A des choix stratégiques de localisation de la performance dans les entités
B- A des choix fiscaux et sociaux
C- Au degré d’intégration de l’entreprise
D- Au degré de concurrence sur le marché

Question 38
Les prestations internes payantes à l’intérieur d’une organisation :
A- Génèrent automatiquement une dynamique de groupe et une performance de toutes les entités
B- Permettent un optimum local et un optimum global
C- Induisent automatiquement des conflits d’intérêts

La détermination et l’enchaînement des coûts

Question 39
Une pizzéria possède en plus de son local commercial, plusieurs locaux à usage commercial qu’elle loue à des professions libérales. La société a calculé le coût de ses pizzas. Les charges concernant les locaux qu’elle loue, qui sont de même nature que celles de la pizzeria (eau, gaz, électricité, taxe foncière…), sont des charges :
A- Non incorporables
B- Supplétives
C- Incorporables

Question 40
Sont, a priori, incorporables les charges suivantes :
A- Charges de personnel
B- Achats de matières premières
C- Charges exceptionnelles
D- Impôt sur les bénéfices.

Question 41
Les charges prises en compte en comptabilité analytique se déterminent de la manière suivante :
A- Total des charges de la comptabilité générale – charges non incorporables + charges supplétives
B- Total des charges de la comptabilité générale + charges non incorporables – charges supplétives
C- Charges d’exploitation de la comptabilité générale – charges non incorporables + charges supplétives
D- Total des charges de la comptabilité générale – charges non incorporables – charges supplétives

Question 42
Les charges constatées en comptabilité générale et non reprises en comptabilité analytique constituent :
A- Des charges incorporables.
B- Des charges non incorporables.
C- Des charges indirectes.
D- Des charges supplétives.

Question 43
Les charges non incorporables :
A- Ont pour effet de diminuer le résultat analytique
B- Doivent être ajoutées au résultat global analytique pour retrouver le résultat de la comptabilité générale
C- Ont pour effet d’augmenter le résultat analytique
D- Doivent être retranchées du résultat global analytique pour retrouver le résultat de la comptabilité générale.

Question 44
Les charges supplétives :
A- Ont pour effet de diminuer le résultat analytique
B- Doivent être retranchées du résultat global analytique pour retrouver le résultat de la comptabilité générale
C- Doivent être ajoutées au résultat global analytique pour retrouver le résultat de la comptabilité générale
D- Ont pour effet d’augmenter le résultat analytique.

Question 45
Le coût de production des produits finis :
A- Se compose du coût d’achat des matières premières achetées + charges directes de production + charges indirectes de production
B- Se compose du coût d’achat des matières premières achetées + charges directes de production – charges indirectes de production
C- Se compose du coût d’achat des matières premières consommées + charges directes de production + charges indirectes de production
D- Ne concerne que les entreprises qui réalisent des opérations de transformation (biens ou services)

Question 46
Les entrées en stock des produits finis s’évaluent :
A- Au coût de revient
B- Au coût de production
C- Au coût de distribution
D- Au coût d’achat

Question 47
Le coût de revient d’un produit :
A- Représente théoriquement l’ensemble des coûts supportés par le produit
B- Ne constitue qu’un coût partiel du produit
C- Ne concerne que les produits vendus
D- Peut servir à fixer son prix de vente

Question 48
Les entrées en stock des matières premières, des marchandises et des approvisionnements s’évaluent :
A- Au coût de production
B- Au coût d’achat
C- Au prix d’achat
D- Au coût de distribution.

Les coûts complets 

Question 49
La méthode du coût de revient complet par centres d’analyse permet :
A- De calculer la rentabilité apparente de chaque produit
B- De prendre la décision d’abandonner un produit dont le résultat analytique est déficitaire
C- D’avoir une mesure fiable de la rentabilité de chaque produit
D- De calculer le coût de revient de chaque produit en le décomposant par grande fonction (approvisionnement, production, distribution)

Question 50
Dans une poterie, constitue a priori un centre secondaire :
A- L’atelier de tournage
B- La direction
C- Le centre création et conception de modèles
D- L’atelier de peinture

Question 51
Cochez les coûts calculés dans une entreprise commerciale :
A- Coût de revient des marchandises vendues
B- Coût d’approvisionnement
C- Coût hors production des marchandises vendues
D- Coût de production des marchandises

Question 52
L’unité d’œuvre correspond :
A- A une clé de répartition.
B- A un lien supposé de cause à effet entre la dépense du centre et l’élaboration du produit.
C- Au taux de rémunération de la main-d’œuvre.
D- Au rapport entre les charges directes et indirectes du centre divisées par le nombre d’unités d’œuvre.

Question 53
Une clé de répartition possible pour imputer les frais de transport de matières premières dans une entreprise est :
A- Le poids des produits transportés
B- Le lot de produits transporté
C- Le nombre de commandes
D- Le nombre de chauffeurs-livreurs

Question 54
Le coût d’unité d’œuvre (basée sur l’heure de main-d’œuvre directe) du centre d’analyse « usinage » a augmenté de 15 € au cours de l’année. Quels facteurs parmi les suivants sont susceptibles d’avoir contribué à cette augmentation ?
A- Une amélioration de la productivité de la main-d’œuvre directe.
B- Une réduction de l’activité.
C- Une augmentation du taux de rémunération de la main-d’œuvre directe.
D- Une augmentation du niveau de la robotisation.

Question 55
Les centres d’analyse regroupent :
A- Des charges indirectes uniquement
B- Des charges fixes et variables
C- Des charges directes et indirectes
D- Des charges fixes uniquement

Question 56
Dans une verrerie, constitue a priori un centre principal :
A- Le service comptabilité et facturation
B- Le hall d’exposition
C- L’atelier de soufflage
D- Le centre emballage et distribution

Question 57
Quelles sont les méthodes d’évaluation des sorties de stocks autorisées en comptabilité générale :
A- La méthode du CMUP (Coût Moyen Unitaire Pondéré)
B- La méthode du FIFO (First In, First Out : Premier Entré, Premier Sortie)
C- La méthode du coût standard
D- La méthode du LIFO (Last In, First Out : Dernier Entré, Premier Sortie)

Question 58
La répartition primaire correspond :
A- À la répartition des charges des centres auxiliaires dans les centres principaux
B- À la répartition des charges directes et indirectes du compte de résultat dans les centres d’analyse secondaire
C- À la répartition des charges indirectes du compte de résultat dans les centres d’analyse secondaires et principaux

D- À la répartition des charges indirectes du compte de résultat dans les centres d’analyse principaux

Les fondements de la comptabilité par activité

Question 59
La croissance des coûts indirects en variété et en poids a pour conséquence :
A- De compliquer le problème de l’affectation de ces charges aux produits
B- De réduire le poids des charges directes
C- D’amplifier les erreurs dues aux clés de répartition
D- De ne rien changer en soi au problème d’affectation des charges aux produits

Question 60
Cocher les affirmations vraies
A- On peut décider d’abandonner un produit grâce à la comptabilité par activité
B- La comptabilité par activité permet de réduire les coûts en agissant sur les activités
C- Il n’y a pas de répartition primaire en comptabilité par activité
D- Un inducteur de coût est similaire à unité d’œuvre dans son mode de calcul

Question 61
Un inducteur de coût :
A- Permet de rendre variable les charges fixes
B- Permet de répartir les coûts directs
C- Permet de répartir les coûts d’un centre d’analyse
D- Est fondé sur un lien de cause à effet entre le coût et son origine

Question 62
Le bénéfice global est le même en comptabilité par activité et en comptabilité par centres d’analyse :
A- Faux
B- Vrai

Question 63
Si un ouvrier « coûte » 400 €, dont 150 € de coûts directs, son licenciement permettra d’économiser :
A- 150 €
B- Plus de 150 F, mais moins que 400 €
C- 400 €
D- Plus de 400 €

Question 64
Dire qu’un coût est hétérogène signifie :
A- Que la somme de ses composantes ne peut être mesurée en euros
B- Que globalement, chaque produit consomme les charges dans les mêmes proportions
C- Que ses composantes peuvent être induites par des activités différentes
D- Qu’il est composé de coûts dont les comportements sont différents

Question 65
La comptabilité par activité :
A- Est pertinente dans les entreprises qui produisent par lots des produits complexes
B- Est pertinente dans les entreprises qui produisent à la chaîne des produits uniques
C- Va automatiquement remplacer la comptabilité en coûts complets traditionnels
D- Fait partie de la comptabilité financière

Question 66
Un centre de regroupement rassemble les charges communes à un même inducteur de coût
A- Faux
B- Vrai

Question 67
Les centres d’analyse :
A- Rassemblent en générale plusieurs activités
B- Correspondent souvent à des centres de responsabilité
C- Correspondent à une vision de l’entreprise organisée autour des processus
D- Correspondent à une vision fonctionnelle de l’entreprise

Question 68
Les activités :
A- S’inscrivent dans une vision de l’entreprise organisée autour des processus
B- S’inscrivent dans une vision fonctionnelle de l’entreprise
C- Correspondent à des centres de responsabilité
D- Rassemblent en général plusieurs tâches

Question 69
La comptabilité traditionnelle par centres d’analyse pose problème en raison :
A- De l’existence de centres de responsabilité
B- De l’inadéquation de certaines unités d’œuvre
C- De la croissance des charges fixes
D- Du développement de la production par lots et petites séries

Question 70
La méthode des « coûts complets » se différencie de la « comptabilité par activités » par les éléments suivants :
A- La seconde tend à rendre « variables » des charges considérées comme fixes dans la première.
B- L’existence de centres de regroupement dans la seconde assimilables aux centres d’analyse de la première.
C- La seconde n’implique pas de répartition secondaire.
D- La seconde n’aboutit pas à un coût comprenant l’ensemble des charges de l’entreprise.

Question 71
Dans le cas d’un investissement de productivité (et dans le cadre d’une comptabilité par centres d’analyse), l’effet de subventionnement peut être attribuable à :
A- La modification du montant des charges fixes communes
B- Une mauvaise imputation des charges fixes directes
C- Aux gains de productivité sur un produit
D- L’unité d’œuvre choisie

Question 72
Constitue a priori une activité :
A- L’approvisionnement
B- La commande
C- La gestion du personnel
D- La facturation

Question 73
Une activité est un ensemble de tâches élémentaires :
A- Réalisées par un individu ou un groupe
B- Constituées exclusivement de coûts variables
C- Homogènes du point de vue du comportement de coût et de performance
D- Constituées exclusivement de coûts directs

Les coûts variables et le seuil de rentabilité

Question 74
L’indice de sécurité d’une société est de 0,30. Cet indice signifie que :
A- La société est déficitaire
B- Aucune réponse n’est correcte
C- Le chiffre d’affaires peut baisser de 30% sans que le résultat devienne déficitaire
D- La société sera bénéficiaire si son chiffre d’affaires est supérieur de 30% aux prévisions

Question 75
Le seuil de rentabilité peut être estimé :
A- En coûts
B- Par une date
C- En chiffre d’affaires
D- En quantité

Question 76
Le recours à la sous-traitance a pour effet :
A- D’augmenter les coûts variables
B- D’augmenter les coûts fixes
C- D’augmenter la marge sur coûts variables
D- De diminuer les coûts fixes

Question 77
D’une période à l’autre, le taux de marge sur coût variable d’un produit à diminué.
On en déduit :
A- Une baisse du coût variable unitaire
B- Une baisse du prix de vente unitaire du produit
C- Une baisse du nombre de produits vendus
D- Une augmentation des frais fixes

Question 78

D’après la situation suivante, si le produit « C » était abandonné, le résultat serait de :


Produit « A »
Produit « B »
Produit « C »
Total
Marge sur coût variable
102 000
144 000
- 6 000
210 000
- coûts fixes communs
144 000
= Résultat
66 000

A- 72 000
B- 30 000
C- 66 000
D- 60 000

Question 79
Cochez le type de charges représenté par la droite : (y = b)
A- Aucun de trois
B- Charges totales (i.e. comprenant la partie fixe et la partie variable)
C- Charges variables
D- Charges fixes

Question 80
Cochez le type de charges représenté par la droite : (y = ax + b)
A- Charges totales (i.e. comprenant la partie fixe et la partie variable)
B- Charges variables
C- Aucun de trois
D- Charges fixes

Question 81
Cochez le type de charges représenté par la droite : (y = ax)
A- Charges fixes
B- Charges totales (i.e. comprenant la partie fixe et la partie variable)
C- Charges variables
D- Aucun de trois

Question 82
La fonction du coût complet unitaire (charges variables + charges fixes) est :
A- a + b/x
B- ax + b
C- ax
D- ax - b

Question 83
Un coût variable :
A- Peut évoluer grâce au phénomène d’apprentissage
B- Est variable quand on calcule le coût total
C- Est variable par unité
D- Est fixe par unité

Voici un extrait du tableau de répartition des charges indirectes d’une société industrielle du textile :

Centres principaux
Achat
Atelier découpe
Atelier montage
Vente
Totaux après répartition secondaire
20 000
50 000
25 000
25 000
Nature de l’Unité d’oeuvre (UO)
Mètre de tissu acheté
Pièce découpée
Heure de main d’oeuvre directe
100 € de ventes
Nombre d’UO
20 000
25 000
5 000
50 000
Coût de l’UO (en €)
1
2
5
0,50

Question 84
Le coût indirect de vente représente 0,5% des ventes
A- Vrai
B- Faux

Question 85
Dans l’atelier découpe, le coût de 2 € signifie :
A- Le coût indirect de découpe d’une pièce est de 2 €
B- Le coût indirect de découpe d’un mètre de tissu est de 2 €
C- Couper une pièce coûte 2 € (prix d’achat du tissu inclus)
D- Qu’un mètre de tissu découpé coûte 2 €

Question 86
Dans le centre achat, le coût de 1 € signifie que :
A- Le coût d’achat du tissu à intégrer dans le coût de production est de 1 € par mètre
B- Pour tout achat d’un mètre de tissu, on a 1 € de charges indirectes d’achat
C- Un mètre de tissu acheté coûte 1 €
D- Pour la consommation d’un mètre de tissu, on 1 € de charges indirectes d’achat

Question 87
Dans le centre montage :
A- On totalise 25 000 heures de charges directes de montage
B- On totalise 25 000 heures de main d’œuvre directe
C- Aucune réponse n’est correcte
D- Une heure de main-d’œuvre directe engendre 5 € de charges indirectes


Les réponses 
Question
Réponse
1
A
2
A
3
A
4
B
5
B
6
A
7
A
8
B
9
A
10
B
11
BC
12
A
13
A
14
V
15
BC
16
D
17
D
18
A
19
A
20
BCD
21
B
22
B
23
B
24
A
25
A
26
AC
27
C
28
A
29
A
30
B
31
CD
32
C
33
ABC
34
AB
35
B
36
BCD
37
A
38
B
39
A
40
AB
41
A
42
B
43
CD
44
AC
45
CD
46
B
47
ACD
48
B
49
AD
50
BC
51
AB
52
ABC
53
AB
54
ABD
55
AB
56
AC
57
AB
58
C
59
AC
60
BD
61
D
62
B
63
B
64
CD
65
A
66
B
67
ABD
68
AD
69
BCD
70
C
71
AD
72
BD
73
AC
74
C
75
BCD
76
AD
77
B
78
A
79
D
80
A
81
C
82
A
83
ABD
84
A
85
A
86
B
87
BD

0 commentaire

Publier un commentaire