Guide pour la présentation orale d'un PFE

La soutenance orale

Guide pour la présentation orale d'un PFE
Le PFE a pour objectif de permettre à l’étudiant de mobiliser et mettre en pratique les connaissances acquises au cours de sa formation pour approcher une problématique donnée dans son domaine de recherche. Le PFE consiste à réaliser des travaux au laboratoire, ou sur le terrain ou en milieu socioprofessionnel, notamment dans des entreprises ayant montré un intérêt pour la réalisation d’études spécifiques les concernant, il peut aussi consister en une enquête et/ou une étude de projet. La présentation suggérée peut également s’appliquer aux travaux de recherche, aux rapports de recherche, aux essais, etc. 


L'étudiant est censé maîtriser correctement la langue française (orthographe, grammaire), voire anglaise, et les outils de base de sa discipline. Plus la maîtrise de la langue est faible, plus l'expression et la construction de la pensée sont fragiles et incertaines. Beaucoup d'étudiants produisent des phrases et des énoncés totalement incohérents, tant dans les traductions, que les dissertations ou les raisonnements scientifiques. D'autre part, on attend d’eux un minimum d'acquis sur le plan du raisonnement et de l'expression : savoir rédiger un résumé, faire une synthèse, une dissertation, savoir organiser des idées et manier des concepts abstraits.


1. Les principales différences avec l’écrit et les qualités attendues :

La principale difficulté rencontrée lors de la présentation de l’exposé oral est qu’il faut se décentrer et se mettre à la place des auditeurs. Exposer, c’est chercher à donner à son auditoire les moyens de comprendre. Vous devez donc non seulement vous intéresser au contenu de votre exposé mais aussi vous adaptez au niveau de connaissances et au profil de votre auditoire (dans la limite du possible). Il ne suffit pas seulement de connaître son sujet pour se faire comprendre ! Une soutenance présente la moelle du projet : elle s’écarte des détails pour s’attacher à la synthèse ; c’est à dire qu’elle ne dit pas tout ce que le travail contient et qu’elle ne développe pas toute l’argumentation et l’analyse de la recherche...Elle n’est pas non plus un résumé du travail écrit mais un exposé sur l’ensemble du projet. L’épreuve orale doit être vivante. C’est une situation de communication dans laquelle vous serez évalué sur vos capacités pédagogiques et de synthèse, votre compréhension des questions que l’on vous pose et votre capacité à y répondre en argumentant.


2. La prise de parole

Vous venez d'effectuer un travail considérable, de recherche documentaire, Au bout duquel vous avez accumulé un certain nombre de connaissances et d'informations que vous allez maintenant exposer à votre auditoire (camarades de classe, professeurs, un public quelconque). Pour réussir votre intervention en public, deux facteurs essentiels doivent être acquis :
  1. Maîtriser suffisamment la langue utilisée
  2. Dominer suffisamment le contenu du discours.
C'est un préalable à la mise en confiance. Viennent ensuite les conditions environnantes : le lieu, l'ambiance, la nature du public, le temps, la disposition dans l'espace, les supports et médias utilisés, votre état de santé morale et physique etc.
Nous admettons que les conditions requises pour un déroulement normal de l'exposé sont réunies. Nous abordons dans ce qui suit les aspects relatifs à l’attitude que devez adopter pour réussir votre intervention.


2.1 Recommandations avant la présentation

Une intervention ne s'écrit pas mot à mot. Lire une intervention réduit votre liberté et donne au public l'impression que vous possédez mal votre sujet. Ne récitez pas non plus votre texte par cœur, vous serez vite perdu si vous avez un trou de mémoire et ça enlève tout naturel à votre intervention. Les quelques recommandations suivantes vous aideront à donner forme à votre intervention :
- Répétez plusieurs fois votre intervention à haute voix. Ça vous aidera à être plus à l'aise devant le public. Exercez-vous à prononcer les mots difficiles, les liaisons. Le fait de répéter vous permet aussi de gérer le temps de votre intervention. II est déconseillé de dépasser le temps accordé et de diminuer ainsi le temps de parole des membres du jury.
- Le vocabulaire employé doit être simple, les mots courts (3 syllabes ou plus) et concrets, n'oubliez pas que votre auditoire a une mémoire essentiellement visuelle (70% contre 20% auditive). Il faut donc lui parler avec des images, des exemples, des comparaisons, les paroles passent, les images restent.
- Pendant votre présentation orale, veillez à : regarder tous les membres du jury ; ne pas lire votre texte et vous tenir debout plutôt qu'assis.


2.2 La tenue vestimentaire

Vous devez apporter un soin particulier à votre tenue vestimentaire, qui doit indiquer que ce moment est important pour vous et que vous vous у êtes spécialement préparé. Vous avez surement ce qu'il faut dans votre penderie pour assembler une tenue discrète et soignée dans laquelle vous vous sentirez à l’aise, ce qui est important.
La ponctualité est de mise. Pour vous épargner du stress, prenez vos dispositions pour ne pas arriver en retard : les embarras de circulation ou même les grèves de transport ne sont pas des excuses recevables pour les membres du jury, qui, eux, sont arrivés à l‘heure.


2.3 Recommandations pour s'affranchir du trac

Le trac : c'est la sensation de peur et d'angoisse qui accompagne la prise de parole en public. La peur de perdre le fil des idées, peur du regard des autres, peur des trous de mémoire. L'angoisse de ne pas être à la hauteur, ne pas satisfaire le public. Le trac se manifeste au niveau du corps : perte du contrôle de certains gestes ; au niveau du langage : bafouillage (Propos incohérent) et perte de mobilité mentale ; au niveau des émotions : sensations pénibles et panique. Maîtriser le trac nécessite donc d'intervenir à la fois sur le corps et sur l'esprit.

Avant de parler
  • Entraînez-vous, préparez-vous, répétez (sans exagérer)
  • Relaxez-vous et visualisez votre succès (pensez que ça va très bien se passer)
  • Mangez légèrement, buvez modérément
  • Evitez les excitants et les calmants
  • Relaxez-vous, respirez
  • Accueillez le public. Considérez les spectateurs en tant que personne. Respectez-les. 
  • Prenez votre temps. Ne vous précipitez pas.
  • Prenez une posture (Situation d'une personne = position) ouverte, décontracté, face au public 
  • Concentrez-vous sur le contenu de votre discours.
  • Respirez lentement. Fixez la dernière rangée du public. Parlez

Pendant
  • Le visage : expressif. Accompagne les intentions et reflète vos attitudes et vos pensées.
  • Le regard : C'est par lui que passe la conviction et la crédibilité. Par le contact visuel vous maintenez en éveil l'attention de vos auditeurs. Essayez donc de varier votre champ visuel de façon à entourer du regard tout l’espace possible.
  • La gestuelle : (l'ensemble des gestes expressifs considérés comme des signes). Elle accompagne le regard et conforte la conviction. Soyez naturel. Evitez l'inertie (Manque absolu d'activité), l'exagération des gestes ainsi que de jouer avec des objets (lunettes, stylos, papiers). Cela risque de détourner l’attention du public.
  • La voix : Pensez au volume : suffisamment fort pour être audible ; agréable, modulé ; au débit : régulier.
  • La respiration : utilisez la respiration abdominale. Elle permet de maîtriser le stress, de réfléchir à ce que l'on va dire et de régler le débit et l'intonation.
  • Le corps : Si vous parlez assis : ne pas croiser les bras. Si vous parlez debout : ne pas se balancer, ne pas avoir les mains dans les poches, ni dans le dos, mais les utiliser pour parler.


3. Quelques conseils pour l’exposé oral

Il faut bien préparer l’exposé. Il est tout aussi important dans l’évaluation du candidat que le rapport lui-même.
  • Avant de commencer la présentation orale à proprement parler, il est usuel que le candidat commence par remercier son encadreur ainsi que les membres du jury.
  • Il faut surveiller le débit de parole, le langage utilisé, et éviter les expressions familières.
  • Il est possible d’avoir des fiches et de les consulter en cas d’oubli ou d’hésitation. En aucun cas, la présentation ne doit être basée sur la lecture de ces fiches. Le contact visuel avec le jury doit être maintenu !
  • En cas de stress très fort, demandez un temps de réflexion, respirez et ne reprenez la parole qu’une fois détendu, même si la pause dure !
  • Parlez d’une manière posée, claire et précise, en regardant le public,
  • Il faut respecter le timing. La présentation orale dure environ 15 mn. Contrôlez discrètement votre temps de parole pendant l’exposé,
  • Evitez de vous reporter systématiquement à vos notes et ne lisez pas continuellement votre texte,
  • Ne vous perdez pas dans les détails, donnez juste envie d’en savoir plus ; ceux qui le désirent liront votre rapport.
  • N’utilisez des termes techniques qu’après les avoir définis et évitez-le au maximum (il ne s’agit pas de faire étalage de votre maîtrise du jargon nouvellement acquis, mais de faire passer un message),
  • On peut volontairement introduire une ou deux anecdotes plus personnelles pour rendre l’exposé plus vivant (en prenant garde de ne pas s’éparpiller),
Pour les travaux de groupe, organisez bien le passage de parole et la coordination dans la présentation des supports.


4. Le temps imparti 

Il est important que votre exposé tienne dans le lapse de temps qui lui est imposé lors de la soutenance orale. Il vaut mieux traiter calmement une sélection de points que de vouloir tout dire...Si vous vous apercevez que vous risquez d’être en retard, n'accélère pas votre débit de paroles mais préférez plutôt laisser tomber des points moins importants (à prévoir à l’avance). Essayez avant le jour J de s’exercer à haute voix et minutez votre exposé avec des amis, des enseignants...
La soutenance des PFE se fait en une session ordinaire pendant la période qui va souvent du 20 juin au 2 juillet. La soutenance consiste en une présentation orale par l’étudiant, d’une durée de 15 à 20 minutes, suivie de questions posées par les membres de jury et de réponses de la part de l’étudiant.


5. L’entretien avec le jury

Le PFE est évalué par un jury de soutenance composé de trois membres. Il est composé par un président, un examinateur de préférence dans la discipline du sujet de PFE et l’encadreur et le co-encadreur le cas échéant. La présence d’un invité est parfois possible si l’encadreur le voit nécessaire.
Les membres du jury porteront leur attention à l’authenticité du travail présenté et la qualité de votre expression orale. Soignez le rythme des phrases, évitez les vocabulaires obscurs et les jargons, insistez sur les points forts et n’hésitez pas à corriger vos erreurs.
Il est difficile de prévoir les questions que l’on pourra vous poser. Les membres du jury vous interrogeront probablement sur :

- Les questions pour lesquelles ils ont un intérêt et par simple curiosité de leur part, 
- Des points non développés ou des propos non justifiés,
- Les perspectives et ouvertures possibles.

Quelles que soient les remarques des membres du jury, il convient de garder votre calme et de rester courtois. Les critiques sont normales durant une soutenance. II est fréquent que les membres du jury commencent leur intervention par de brefs compliments suivis de nombreuses remarques, dont certaines peuvent déplaire au candidat. Le comportement de l’étudiant pendant la soutenance influence l’évaluation du travail. On ne peut que conseiller :

- d'écouter attentivement les remarques et questions des membres du jury ;
- de prendre des notes sur les remarques formulées et les questions posées.
- à partir de vos notes et à votre tour, prenez la parole pour répondre aux questions, pour reformuler les critiques et ensuite argumenter et défendre calmement votre point de vue, ou pour justifier votre démarche. 

II est parfois conseillé au candidat de ne pas répondre en détail à chaque commentaire de chaque membre du jury, mais plutôt d'organiser une réponse synthétique qui regroupe les remarques par thème (méthodologie, résultats, etc.). Cela montre aux membres du jury une capacité de synthèse qui sera appréciée. Il n’y a aucune gêne à avoir si vous ne connaissez pas la réponse à une question trop ardue ou trop éloignée de votre sujet. Préférez alors indiquer que vous ne savez pas répondre à la question que d’essayer plutôt une réponse qui pourrait très facilement vous amener sur un terrain inconnu et qui vous desservirait totalement.

De la même façon, vous devez éviter :
- de tomber en larmes face aux critiques ; les larmes n'améliorent pas les notes !
- d'être tétanisé et incapable de répondre ;
- d'agresser les membres du jury ;
- d'interrompre ou de couper la parole aux membres du jury ; il faut les laisser s’exprimer ;
- de regarder le plafond ou l'extérieur en attendant que le temps passe ;
- de quitter la salle de soutenance avant la fin.

Après la soutenance et la discussion, les membres de jury délibèrent et rédigent un procès- verbal selon le modèle adopté par le conseil scientifique et attribuent une note chiffrée au PFE non communiquée publiquement à l’étudiant et le déclare valide si la note est supérieure ou égale à 10 ou non validé si elle est inférieure.

Conclusion

La réalisation du mémoire de master est un travail personnel nécessitant la maîtrise de nombreuses compétences. L'étudiant doit maîtriser aussi bien la recherche que le traitement de l'information. II doit aussi développer des compétences relationnelles et parfaire ses capacités d'expression écrite et orale. Sa capacité à s'organiser et à gérer son temps est déterminante. 
Le respect des règles de citation et la vérification de la qualité des sources trouvées sur Internet sont les conditions nécessaires à la réalisation d'un mémoire de master de qualité. La réalisation du mémoire est une expérience utile tant sur le plan personnel que professionnel. Un bon mémoire est un atout indéniable pour l'insertion professionnelle et la publication du mémoire en ligne constitue une opportunité à ne pas négligée.
Nous espérons que la consultation de ce guide permettra à l’étudiant d'améliorer la qualité de son mémoire et en facilitera l’élaboration. 

Guide Réalisé par : Pr. Halima AIT MALEK 
Faculté Polydisciplinaire de Safi

0 commentaire

Publier un commentaire