Exemple Concours Master Gestion Financière Comptable et Fiscale (GFCF) 2020-2021 - Fsjes Agdal

Université Mohammed V
Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales – Agdal

Exemple Concours d'accès au Master Gestion Financière Comptable et Fiscale (GFCF) 2020-2021 - Fsjes Agdal
Exemple Concours Master Gestion Financière Comptable et Fiscale (GFCF) 2020-2021 - Fsjes Agdal

1. Durée de l’épreuve : 1 heure 20 mn (80 mn) 
2. Nombre de questions : 160 (soit une durée moyenne de 30 secondes par question) 
3. Notation : +1 point pour une réponse juste, 0 point pour une réponse fausse ou non-réponse. 
4. Réponse : À chacune des questions correspond une seule réponse juste. (Cochez la case correspondante à la bonne réponse) 
5. Validation du formulaire : Pour la prise en compte de vos réponses vous devez impérativement cliquer sur le bouton "envoyer".


1- L'acronyme C.G.N.C désigne : 

a- la commission générale de normes comptables
b- la conférence globale nationale des comptables
c- le code général de normalisation comptable
d- le code général national de comptabilité

2- Les sources du droit comptable marocain sont: 

a- le CGNC et la loi 30-85
b- la loi 24-86 & la loi 30-85
c- le CGNC et la loi 9-88
d- le Code général des impôts et la loi 30-85

3- Le PCGM est entré en vigueur dans toutes les entreprises au Maroc en : 

a- 1992
b- 1994
c- 1986
d- 1993

4- Une vache laitière achetée par un coopérative agricole doit être enregistrée dans : 

a- Stocks de bien d'exploitation
b- Immobilisations corporelles
c- Immobilisations corporelles produites
d- Charges d'exploitation

5- Les Créances font pas partie des classes : 

a- 2, 3 & 7
b- 2, 3 & 5
c- 2, 3 & 6
d- 2, 3 & 4

6- La liquidité est un élément : 

a- des charges
b- de l'Actif
c- du Passif
d- des produits

7- L'approche juridique du bilan fait la distinction dans les actifs entre : 

a- Les actions et les obligations
b- Les biens et les créances
c- Les capitaux propres et dettes
d- Les pertes et les gains

8- La comptabilité de gestion repose sur une approche : 

a- Juridique
b- Financière
c- Boursière
d- Economique

9- Les comptes de gestion sont classées par la comptabilité générales marocaine dans les : 

a- Classes 0 & 6 & 7
b- Classes 6 & 7 & 3
c- Classes 6 & 7
d- Classes 6 & 7 & 8

10- Les comptes de situation sont classées par la comptabilité générales marocaine exclusivement dans les : 

a- Classes 1 & 2 & 3 & 4 & 5
b- Classes 1 & 2 & 3 & 4 & 9
c- Classes 1 & 2 & 3 & 4 & 8
d- Classes 1 & 2 & 3 & 4 & 7

11- L'approche juridique du bilan fait la distinction dans les passifs entre : 

a- les capitaux propres et les dettes
b- les capitaux propres et les dettes à long terme
c- les actions et les obligations
d- les biens et les créances

12- Les actifs fictifs désignent : 

a- l'actif circulant
b- les immobilisations financières
c- les immobilisations incorporelles
d- l'immobilisation en non valeur

13-Les marchandises sont des biens d'exploitation qui sont : 

a- achetés pour être revendus en l'état.
b- achetés pour être gardés durablement
c- achetés pour être consommés rapidement
d- achetés pour être transformés.

14- Les ventes des biens d'investissement sont enregistrés dans : 

a- la classe 2
b- la rubrique 7"
c- la rubrique 75
d- la rubrique 71

15- Les achats des biens d'investissement sont enregistrés dans : 

a- la classe 3
b- la classe 6
c- la classe 4
d- la classe 2

16- Les découverts bancaire sont classés dans : 

a- la trésorerie-actif
b- l'actif immobilisé
c- l'actif circulant
d- la trésorerie-passif

17- Les licences de fabrication sont classés dans : 

a- la trésorerie-passif
b- la trésorerie-actif
c- l'actif immobilisé
d- l'actif circulant

18- Le plan comptable classe les charges financières dans : 

a- une classe
b- un compte
c- un poste
d- une rubrique

19- Le plan comptable classe l'emprunt obligataire : 

a- une rubrique
b- un poste
c- une classe
d- un compte

20- Un poste est une subdivision comptable à : 

a- 3 chiffres
b- 2 chiffres
c- 5 chiffres
d- 4 chiffres

21- Le bilan et le CPC sont présentés avec des subdivisions de maximum : 

a- 4 chiffres
b- 5 chiffres
c- 2 chiffres
d- 3 chiffres

22- les frais de publicités sont enregistrés : 

a- dans les charges et/ou les actifs
b- exclusivement dans les charges
c- exclusivement dans les actifs
d- dans les charges ou les actifs

23- Le résultat courant est calculé en faisant : 

a- la différence entre les produits courants et les charges courantes
b- la somme des produits courants et des charges courantes
c- la multiplication des produits courants et des charges courantes
d- l'addition des produits courants et des charges courantes

24- Le résultat financier est la différence : 

a- entre les charges et les produits liées à l'activité de l'entreprise
b-entre les charges et les produits liés aux emprunts, prêts et titres
c- entre les produits et les charges courantes
d- entre les charges et les produits liés à la banque

25- le résultat avant impôts est la différence entre les rubriques : 

a- (71, 73, 75) & (61, 63, 65, 67)
b- Aucune réponse n'est valable
c- (71, 73, 75) & (61, 63, 65, 68)
d- (71, 73, 75) & (61,63,65)

26- "Le bilan de clôture d'une année N est le bilan d'ouverture de l'année N+1", cette affirmation traduit : 

a- le principe de pertinence
b- la règle d'intangibilité
c- le principe d'indépendance des exercices
d- le principe de clarté

27- L'enregistrement comptable des flux se fait : 

a- entre les comptes débiteurs et les comptes créditeurs
b- exclusivement entre des comptes de bilan
c- exclusivement entre les comptes de CPC
d- entre les comptes de toutes les catégories

28- Les comptes débiteurs : 

a- augmentent au débit
b- augmentent au crédit
c- diminuent au débit et au crédit
d- augmentent au débit et au crédit

29- Les comptes créditeurs sont ceux qui appartiennent : 

a- au passif et aux produits sauf les comptes soustractifs
b- à l'actif et aux charges
c- à l'actif, aux charges et aux produits
d- à l'actif et au passif

30- Le capital de l'entreprise est : 

a- une dette envers les actionnaires
b- la propriété des actionnaires
c- une créance envers les actionnaires
d- sa propriété propre

31- La subvention d'équilibre est classée : 

a- Dans la rubrique 13
b- Dans la rubrique 75
c- Dans la rubrique 14
d- Dans la rubrique 71

32- L'achalandage fait partie intégrante des : 

a- immobilisations corporelles
b- immobilisations en non valeur
c- immobilisations financières
d- immobilisations incorporelles

33- Les dépenses publicitaires de grandes envergures sont comptabilisées parmi : 

a- les immobilisations incorporelles
b- les charges d'exploitation
c- les actifs fictifs
d- les charges courantes

34- Le bilan marocain est structuré exclusivement sur la base de : 

a- l'approche juridique
b- toutes ces approches
c- l'approche financière
d- l'approche fonctionnelle

35- Le Plan comptable marocain ne s'applique pas aux commerçants détaillants qui ont : 

a- un CA < 4MDH
b- un CA < 1 MDH
c- un CA < 3MDH
d- un CA < 2MDH

36- Le résultat avant impôt est : 

a- le résultat net
b- la somme des trois résultats génériques (RE, RF, RNC)
c- les produits courants et les produits non-courants
d- le résultat fiscal

37- Les dettes financières sont classées dans le bilan : 

a- selon le mode de paiement
b- Aucune réponse n'est valable.
c- selon leur échéances
d- selon leur fonction

38- Les actions sont classées dans le plan comptable dans : 

a- la classe 3 et la classe 1
b- la classe 5 et la classe 2
c- la classe 2 et la classe 4
d- la classe 2 et la classe 3

39- Les obligations sont classées dans le plan comptable dans : 

a- la classe 2 et la classe 3
b- la classe 3 et la classe 1
c- la classe 5 et la classe 2
d- la classe 2 et la classe 4

40- Les dettes bancaires sont classées dans le plan comptable dans : 

a- la classe 5 et la classe 2
b- la classe 5 et la classe 4
c- la classe 4 et la classe 1
d- la classe 5 et la classe 1

41- Les dettes envers l'Etat sont répertoriées dans : 

a- la classe 2
b- la classe 1
c- la classe 4
d- la classe 3

42- Les créances envers les organismes sociaux sont répertoriées dans : 

a- la classe 1
b- la classe 3
c- aucune réponses n'est pas valable
d- la classe 2

43- La quasi liquidité est classée parmi : 

a- la rubrique 55
b- la rubrique 51
c- la rubrique 44
d- la classe 3

44- La variation des stocks des produits est un compte de : 

a- la classe 3
b- la classe 2
c- la classe 7
d- la classe 6

45- La variation des stocks des marchandises est un compte de : 

a- Produits
b- Produits & charges
c- Actif
d- Charges

46- Les avances versées sont des : 

a- charges
b- Dettes
c- Aucune réponse n'est valable
d- Créances

47- Le revenu net d'une entreprise est égal à son : 

a- cash flow avant impôt + impôts sur les bénéfices payés + amortissement annuel
b- flux de trésorerie après impôts + impôts sur les bénéfices payés.
c- flux de trésorerie avant impôts + impôts sur les bénéfices payés + amortissement annuel
d- flux de trésorerie après impôt - amortissement annuel

48- La vie économique est définie comme le 

a- la durée pendant laquelle on peut raisonnablement s'attendre à ce qu'un actif soit utile à la production de revenus
b- délai après lequel un bien ne peut plus être réparé ou remis à neuf pour qu'il puisse remplir une fonction utile
c- délai après lequel un actif ne peut pas remplir sa fonction prévue sans une révision majeure
d- la durée pendant laquelle un propriétaire prudent conservera une installation existante afin de minimiser les coûts

49- Le facteur d'imposition du capital 

- Les réponses a), b) et c) sont correctes
-a) est une valeur qui résume les avantages des économies d'impôts futures dues aux amortissements
-c) permet le calcul de la valeur actuelle d'un actif indépendamment de son coût initial
-b) tient compte des taux: d’impôt, d’amortissement et d’actualisation

50- Un Actif immobilisé est au-delà de sa vie économique lorsque son coût marginal (ou son coût pour l'année à venir) est : 

a- indépendant du coût annuel équivalent pour sa vie économique
b- moins que le coût annuel équivalent pour sa vie économique
c- supérieur au coût annuel équivalent pour sa durée de vie économique
d- égal au coût annuel équivalent pour sa vie économique

51- Analyse des flux de Trésorerie Net d’un projet, dépend 

- les réponses a), b) et c) sont correctes.
c) du coût moyen pondéré du capital
a) du coût initial et sa durée de vie
b) du mode de financement du projet

52- Quel(s) ratio(s) utiliseriez-vous pour déterminer si la société peut faire face à ses dépenses de trésorerie à court terme ? 

a- résultat net /fonds propres
b- résultat net/actif économique
c- trésorerie/passif circulant
d- actif circulant/passif circulant

53- Si les dividendes annuels d'une société représentent la majeure partie de ses bénéfices après impôts, les bénéfices non distribués de la société augmenteront 

a- aucune réponse
b- rapidement
c- indépendamment
d- lentement

54- Si les propriétaires d'un projet doivent obtenir un prêt pour mettre en œuvre le projet, les flux de trésorerie de l'entreprise au fil du temps peuvent être analysés à partir 

a- des deux points de vue
b- du point de vue du propriétaire uniquement
c- du point de vue du projet uniquement
d- ni du point de vue du projet ni du point de vue du propriétaire

55- La politique d’amortissement n’a aucun effet sur 

a- l’excédent brut d’exploitation
b- sur le résultat courant avant impôt
c- aucune réponse
d- sur le résultat net

56- une entreprise de construction doit acheter un nouveau matériel, il a le choix entre 3 machines dont la durée de vie est différente. Laquelle doit-elle choisir 

a- dont l’annuité équivalente est la plus élevée
b- dont la VAN est la plus élevée
c- les réponses a) et b
d- dont la durée est la plus courte

57- le taux d’actualisation utilisé pour évaluer un projet d’investissement est : 

a- au taux d’escompte des fournisseurs
b- au coût moyen pondéré de l’ensemble des capitaux investis (capital+emprunt)
c- au taux d’intérêt des crédits à long terme
d- au taux de refinancement sur la marché monétaire

58- Parmi les propositions suivantes, indiquez dans quel cas, le montant des intérêts versé reste constant 

- Réponses a) et b) sont correctes
a) Remboursement in fine
c) Remboursement par annuité constante
b) Remboursement par amortissement constant

59- Lorsque l’endettement agit favorable sur la rentabilité financière on parle 

a- rendement d’échelle croissant
b- effet de vitesse
c- effet de massue
d- levier financier

60- Lorsque l’endettement agit favorable sur la rentabilité financière on parle 

a- levier financier
b- rendement d’échelle croissant
c- effet de vitesse
d- effet de massue

61- Le bilan comptable après inventaire permet d’analyser 

a- la solvabilité
b- l’équilibre financier
c- la rentabilité
d- les trois réponses sont correctes

62- La diversification d’un portefeuille d’actifs permet de : 

a- réduire le risque et stabiliser la rentabilité
b- réduire le risque et réduire la rentabilité
c- augmenter le risque et augmenter la rentabilité
d- augmenter le risque et stabiliser la rentabilité

63- la gestion de trésorerie consiste à 

- les réponses b) et c)
c) gérer les comptes clients et fournisseurs
a) déterminer le niveau optimal de la trésorerie
b) maintenir le solde de la trésorerie positive

64- Lequel parmi les ratios suivants n’est pas un ratio de structure 

a- ratio de vétusté
b- taux de rétention des ressources
c- Ratio de performance d’activité
d- ratio de financement des immobilisations

65- Le coefficient du levier d’exploitation est 

a- le rapport entre le chiffre d’affaires et le résultat
b- le taux de dépassement du seuil de rentabilité
c- le taux de variation des bénéfices consécutifs à un certain taux de variation du volume d’activité
d- La mesure du risque de liquidité

66- le plan de trésorerie 

a) fait ressortir le budget de trésorerie de l’entreprise en termes d’encaissements et de décaissements annuels
b) fait ressortir le budget de trésorerie de l’entreprise en termes d’encaissements et de décaissements mensuels
c) fait ressortir les soldes de la trésorerie Actif et la trésorerie passif d’un bilan
- Les réponses a) et b) sont correctes

67- le tableau de financement 

a- regroupe les besoins et les sources de financement d'une entreprise à LT
b- évalue le coût total d’un projet de création d’entreprise
c- aucune réponse
d- regroupe les variations des emplois et ressources sur un exercice

68- la bourse de valeurs : 

a- est un lieu où s’échangent des produits financiers, appelés valeurs mobilières
b- rapproche les agents qui ont des besoins de financement et les agents qui ont des capacités de financement
c- est le baromètre de l’économie
d- toutes les réponses sont correctes

69- Une action est : 

a- titre négociable représentatif d'une part d’un emprunt d'une société
b- titre négociable représentatif d'une fraction du capital d'une société
c- titre négociable dont le risque est nul
d- titre de négociable non transférable

70- L’entreprise ouvre son capital au marché boursier pour 

a- bénéficier des avantages fiscaux
b- accéder directement à des ressources financières
c- augmenter sa part de marché
d- augmenter le nombre d’actionnaires

71- L'AMMC est : 

a- autorité marocaine du marché des capitaux
b- autorité monétaire du marché des capitaux
c- aucune réponse
d- autorité du marché marocain des crédits

72- lequel des ces indices, n’est pas un indice boursier 

a- FTS 15
b- MADEX
c- MASI
d- GENI

73- Les plus-values mobilières sont exonérées d’impôt lorsqu’elles concernent : 

a) Les cessions d’actions entre époux.
c) Lorsque les cessions n’excèdent pas le seuil de trente mille dirhams .
b) Les cessions des actions cotées.
d) Les cessions d’actions détenues depuis minimum 4 ans.

 

74- Sont exclus du champ d’application de la TVA : 

c) Les activités d’importation.
b) Les activités civiles.
d) Les activités de promotion immobilière.
a) Les activités d’exportation.

75- L’impôt sur les sociétés donne lieu au versement par la société de quatre (4) acomptes provisionnels : 

b) Uniquement lorsque le résultat est bénéficiaire.
a) Quel que soit le résultat de l’exercice.
c) Dans le cas de la cotisation minimale.
d) En fonction du résultat de l’exercice de référence.

 

76- Sont obligatoirement imposés à la TVA sous le régime de la déclaration mensuelle : 

b) Les entreprises commerciales pour leur opérations réputées faites au Maroc.
a) Les entreprises industrielles quel que soit le volume de leur activité.
d) Les contribuables exploitant des établissements saisonniers, ainsi que ceux exerçant une activité périodique ou effectuant des opérations occasionnelles.
c) Les contribuables dont le chiffre d'affaires taxable réalisé au cours de l'année écoulée atteint ou dépasse un million de dirhams.

77- Le barème de l’impôt sur les sociétés comprend : 

d) 4 tranches.
b) 2 tranches.
a) Un taux unique.
c) 3 tranches.

78- Récupération de la taxe sur la valeur ajoutée non apparente concerne : 

c) Le lait non transformé, destiné à la production des dérivés du lait.
b) Les fruits et légumes non transformés, d’origine locale, destinés à la production agroalimentaire vendue localement.
a) Les fruits et légumes non transformés, d’origine locale, destinés à être vendue en état localement
d) Les fruits et légumes importés et destinés à la production agroalimentaire vendue localement.

79- Le régime suspensif de la TVA s’applique : 

c) Aux entreprises importatrices pour leurs opérations à l’export.
d) Aux entreprises importatrices pour leurs opérations à l’import.
b) Aux entreprises exportatrices pour leurs opérations à l’export.
a) Aux entreprises exportatrices pour leurs opérations à l’import.

80- En matière de TVA, le calcul du numérateur du prorata de déclaration se fait sur la base : 

d) Des opérations exonérées avec droit à déduction uniquement.
b) Des opérations taxables et celles exonérées avec droit à déduction.
a) Des opérations taxables uniquement.
c) Des opérations exonérées sans droit à déduction.

81- En matière d'IS, les intérêts sur CCA, sont déductibles à condition : 

a) Que le capital social soit entièrement libéré.
c) Que le résultat de l’exercice soit bénéficiaire.
d) Aucune de ces conditions n'est exigée par la loi.
b) Que le montant des intérêts ne dépasse pas le Capital social.

82- Les Revenus des certificats de Sukuk sont : 

b) Exclus du champ d'application de l'IS.
c) Soumis à la retenue à la source.
d) Déclarer au fur et à mesure de leur perception.
a) Exclus du champ d'application de l'IR.

83- Sont soumis à la retenue à la source au titre de l’impôt sur les sociétés : 

b) Les plus-values sur cessions des immobilisations.
a) Les produits de placements à revenu variables.
c) Les profits sur cessions de terrain non bâtis.
d) Les produits d’exploitation constitués par le chiffre d'affaires à l’export.

84- Le déficit d'un exercice comptable peut être déduit : 

d) Des éléments hors champs d’application.
a) Dans un délai de 5 ans s’il s’agit d’un déficit d’exploitation.
c) Sans limitation de durée s’il s’agit d’un déficit d’amortissements.
b) Sans limitation du montant.

85- Les montants des achats et prestations revêtant un caractère de libéralité sont : 

a) Obligatoirement passibles de l'IS.
d) Des charges déductibles dans un délai de 4 ans.
b) Exclus du champ d'application de l'IS.
c) Déductible sur option.

86- En matière d'IS, sont considérées comme des charges non déductibles : 

d) Les dons en argent ou en nature octroyés aux œuvres sociales des entreprises publiques ou privées.
b) Les charges sociales.
c) Les amendes pour infractions aux dispositions législatives ou réglementaires.
a) Les dotations pour risques et charges.

87- La cotisation minimale n’est pas payée par les entreprises soumises à l’IR : 

a) Quel que soit leur chiffre d’affaires.
d) Quel que soit leur capital.
c) Quel que soit leur secteur d’activité.
b) Quel que soit leur résultat fiscal.

88- Un achat est réputé fiscalement réaliser dès : 

d) Aucune de ces réponses.
a) Le règlement de la facture.
b) La signature du bon de commande.
c) La réception de la marchandise.

89- Ne font pas partie du salaire net imposable : 

b) Les primes de risque.
d) Les indemnités d’encadrement.
a) Les avantages en nature.
c) Les allocations familiales.

90- L’IR ne peut pas être retenu à la source dans le cas des : 

a) Revenus fonciers.
c) Revenus agricoles.
d) Revenu salariaux.
b) Revenus des capitaux mobiliers.

91- En matière de TVA, l’exonération avec droit à déduction implique : 

a) Vendre en HT et acheter en HT.
c) Vendre en HT et acheter en TTC.
b) Vendre en TTC et acheter en TTC.
d) Vendre en TTC et acheter en HT.

92- Les provisions pour clients douteux sans déductibles à condition de : 

d) Estimer un montant à ne pas récupérer.
c) Justifier le litige.
a) Ne pas être payer.
b) Douter de la solvabilité du client.

93- Une Start-up représente 

a- Une petite entreprise en situation de liquidation
b- Une jeune entreprise en construction et à fort potentiel de croissance
c- Une grande entreprise occupant une position de leader sur le marché
d- Technique financière

94- Le guichet unique permet de 

a- Financer l’entreprise
b- Résoudre des conflits
c- Effectuer des formalités administratives de l’entreprise
d- Former le personnel

95- Un manuel est un document comptable dans lequel sont 

a- Transcrites les procédures et l’organisation comptables de l’entreprise
b- Regroupées les comptes individuel et collectifs
c- Enregistrées toutes les opérations comptables de l’entreprise
d- Transcrits le bilan et le CPC

96- Un coût marginal est : 

a- Coût d’imputation rationnelle
b- Coût calculé sur la dernière unité produite
c- un Coût historique
d- Fonction de l’utilité marginale

97- l’organisation hiérarchico-fonctionnelle est 

a- une structure basée sur l’unité de commandement et la spécialisation
b- une structure composée d’un staff qui commande mais qui ne conseille pas
c- une structure de type M
d- une structure basée uniquement sur l’unité de commandement

98- Une ristourne est une 

a- Coût prévisionnel
b- Réduction pratiquées habituellement sur le prix de vente
c- Réduction pratiquée exceptionnellement sur le prix de vente
d- Réduction de prix calculée sur l’ensemble des opérations faites avec le même client pour une période déterminée

99- L’organisation scientifique du travail est un modèle de production développé et défendu par : 

a- Henry Mintzberg
b- Frederick Winslow Taylor
c- H. Ford
d- Elton Mayo

100- Un budget est : 

a- Les prévisions chiffrées de tous les éléments correspondant à un programme déterminé
b- L’ensemble des charges et des produits
c- Le chiffre d’affaire de l’entreprise
d- L’ensemble des ressources de l’entreprise

101- La dépréciation probable d’une immobilisation est appelée 

a- Un report à nouveau
b- Une provision 
c- Une réévaluation d’actif
d- Un amortissement

102- La dépréciation probable d’une immobilisation est appelée 

a- Une réévaluation d’actif
b- Un report à nouveau
c- Un amortissement
d- Une provision

103- Les écarts de conversion-actif représentent 

a- des gains certains
b- des gains latents
c- des pertes certaines
d- des pertes latentes

104- les écarts de conversion-passif représentent 

a- des pertes latentes
b- des gains certains
c- des pertes certaines
d- des gains latents

105- N'ouvrent pas droit à déduction de la TVA : 

a- les camions de livraison
b- les grandes dépenses publicitaires
c- les dons et libéralités
d- les bons de trésor

106- Le compte frais d'acquisition des immobilisations comporte les éléments suivants : 

a- frais de publicité, droit d'enregistrement et de mutation, honoraires et commissions
b- frais de transport, droit d'enregistrement et de mutation, honoraires et commissions
c- frais d'actes, droit de douane, honoraires et commissions
d- frais d'actes, droit d'enregistrement et de mutation, honoraires et commissions

107- Le compte frais d'acquisition des immobilisations comporte les éléments suivants : 

a- frais d'actes, droit d'enregistrement et de mutation, honoraires et commissions
b- frais de transport, droit d'enregistrement et de mutation, honoraires et commissions
c- frais de publicité, droit d'enregistrement et de mutation, honoraires et commissions
d- frais d'actes, droit de douane, honoraires et commissions

108- De quoi traite la stratégie ? 

a- La gestion quotidienne des affaires de l’entreprise.
b- Les deux dimensions fondamentales du management à savoir le politique et le tactique.
c- Des choix d’allocation de ressources qui engagent l’avenir de l'entreprise.
d- La mise en œuvre efficace de l’organisation de l’entreprise.

109- La stratégie de groupe ou stratégie de portefeuille, c’est… : 

a- La définition des activités dans lesquelles le groupe doit investir et l’articulation de ces différentes activités pour créer des synergies et renforcer la position globale du groupe.
b- L’observation attentive du marché, des attentes des clients, une compréhension de la dynamique concurrentielle ainsi qu’une bonne dose de créativité pour imaginer des positions uniques, sources de rentes.
c- L’identification et la construction sur un domaine d’activité d’un avantage concurrentiel durable et défendable afin de créer de la valeur.
d- L’élimination des principaux concurrents.

110- La matrice SWOT sert à : 

a- La performance de l’entreprise
b- Le potentiel de l’entreprise
c- L’environnement de l’entreprise
d- Les forces, les faiblesses, les menaces et les opportunités

111- Quelles menaces peuvent venir de l’environnement externe d’une entreprise ? 

a- Le savoir-faire des employés
b- Une nouvelle proposition de partenariat
c- Des fonds propres insuffisants
d- Une nouvelle réglementation 

112- En quoi consiste la segmentation stratégique ? 

a- A décomposer le marché en « segments ».
b- A décomposer l’entreprise selon ses différentes fonctions
c- A décomposer l’ensemble des activités de l’entreprise en domaines relativement homogènes.
d- A décomposer l’entreprise en fonction des politiques à adopter.

113- Que représentent les facteurs clés de succès ? 

a- Des réponses spécifiques aux attentes de l'environnement .
b- Les éléments qui déterminent le cycle de vie d’un produit.
c- Les conditions de réussite de l’entreprise.
d- Les entreprises qui sont leaders sur un segment d’activité.

114- Que représentent les 5 forces du jeu concurrentiel selon Porter ? 

a- L’environnement économique
b- Le cours des actions
c- Les déterminants des facteurs clés de succès
d- Les rivalités entre les firmes existantes

115- Quelle est la principale stratégie ( parmi les stratégies génériques) qu’une entreprise peut adopter sur un marché ? 

a- La qualité irréprochable
b- La régulation
c- Le renforcement du système comptable
d- La domination par les coûts

116- Qu’est-ce qui peut influencer la stratégie de l’entreprise ? 

a- La compétence des subordonnés
b- Les pouvoirs publics.
c- L'instabilité de l'environnement
d- Son système de gestion

117- Une structure se caractérise par une répartition 

a- Des coutumes
b- Du matériel
c- Des responsabilités
d- Des revenus

118- Qu'est-ce qu'une structure divisionnelle ? 

a- Une structure qui est fondée sur un découpage des activités
b- Une structure qui est fondée sur un découpage du marché
c- Une structure qui est fondée sur un découpage hiérarchique
d- Une structure qui est fondée sur un découpage socio-économique

119- Quels problèmes organisationnels peuvent être engendrés dans le cadre d'une structure fonctionnelle ? 

a- La multiplicité des clients
b- La coordination des activités sous les ordres de plusieurs chefs
c- L'absence d'information
d- L’absence du chef

120- L'organisation Mintzberg est définit par combien de parties ? 

a- Six
b- Sept
c- Cinq
d- Quatre

121- Parmi les configurations structurelles suivantes, laquelle ne fait pas partie de la typologie de Mintzberg ? 

a- Bureaucratie professionnelle
b- La structure hiérarchique
c- La structure simple
d- Bureaucratie mécaniste

122- Qu'est-ce que le pouvoir légitime ? 

a- Le pouvoir fondé sur la récompense
b- Le pouvoir fondé sur le statut et la position qu'il occupe dans la hiérarchie de l'organisation
c- Le pouvoir fondé sur le charisme ou l'estime ou à l'admiration du leader
d- Le pouvoir fondé sur la sanction

123- De quoi la culture d'entreprise est-elle constituée ? 

a- La philosophie qui oriente la politique de l'entreprise
b- Les normes et valeurs partagées par les groupes de travail dans toute l'organisation
c- De responsables qui partagent leurs pouvoirs
d- Des comportements observés régulièrement dans les rapports entre les personnes

124- La culture peut être modifiée en changeant les critères : 

a- De recrutement des nouveaux membres
b- En fonction des lois en vigueur
c- Des résultats dégagés pendant l'année
d- En fonction des normes IFRS

125- L'école classique du management vise à : 

a- Augmente le bien-être dans les entreprises
b- Augmenter la rémunération des actionnaires de l'entreprises
c- Diminuer le stress dans les entreprises
d- Augmenter la satisfaction des parties prenantes

126- Pour Fayol, les fonctions du management sont : 

a- Coordonner, évaluer, dynamiser, contrôler, commander
b- Prévoir, organiser, commander, coordonner, contrôler
c- Déléguer, animer, contrôler, commander, Anticiper
d- Déléguer, animer, coacher, coordonner, contrôler

127- Le leader est quelqu'un qui : 

a- Impose sa vision, fédère les meilleurs talents autour de lui, provoque le changement, crée une dynamique au sein groupe.
b- Fixe des objectifs, contrôle les processus, communique, provoque la rupture ... et suscite le désir d'action
c- Décrit les activités formelles et officielles, partage sa vision, coordonne les ... et inspire au changement.
d- Communique sa vision, mobilise et fédère les meilleurs talents autour de lui, inspire au changement, génère une dynamique commune à tout le groupe

128- Les principales compétences à acquérir pour être un bon manager sont notamment : 

a- L’évaluation, le contrôle et la régulation
b- Le commandement
c- L'anticipation, la créativité, la mobilisation et l'action
d- La délégation et le laisser-faire

129- Les quatre variables clés de la théorie de la contingence sont : 

a- L'incertitude environnementale, la qualification des technologies, la taille de l'entreprise, les particularités de l'entreprise
b- L'incertitude environnementale, la qualification des technologies, la taille de l'entreprise, la culture d'entreprise
c- L'environnement économique, la taille de l'entreprise, la spécialisation des tâches, les particularités individuelles
d- La division du travail, la taille de l'entreprise, la mécanisation et la standardisation des produits

130- La théorie systémique considère le manager comme : 

a- Le porte-parole des actionnaires et du conseil d'administration.
b- Un guide charismatique dont le leadership repose sur sa personnalité
c- Le lien entre l'entreprise et son environnement
d- Un chef devant uniquement se préoccuper du fonctionnement interne de l'entreprise

131- Selon Hersey et Blanchard, si je suis patron dans une entreprise, j'embauche un jeune avec un profil fort intéressant, mais qui ne connaît pas le métier spécifique de l'entreprise tout en témoignant d'une grande motivation, je vais alors développer avec lui : 

a- Un style participatif
b- Un style directif
c- Un style délégatif
d- Un style persuasif

132- La théorie de Douglas Mac Gregor est connue sous le nom de la théorie X/Y. Pour Mac Gregor, si on se situe dans le cadre de la théorie X : 

a- L'entreprise doit être une organisation contraignante avec des règlements stricts, des procédures écrites et une division du travail
b- L'entreprise doit établir des règles strictes et des procédures écrites pour permettre aux travailleurs de s'épanouir humainement grâce à leur travail
c- L'entreprise doit attendre des travailleurs qu'ils se prennent en main et découvrent eux-mêmes, grâce à leur créativité, les méthodes de travail qui leur conviennent le mieux
d- L'entreprise doit avoir une organisation souple et avoir comme priorité de mobiliser les énergies

133- À travers l'expérience de Hawthorne, Elton Mayo étudie les facteurs d'influence de la productivité. Il met en évidence : 

a- Il suffit d'avoir des locaux bien éclairés pour que les ouvriers oublient toutes les difficultés de leur travail et que la productivité augmente
b- Le fait que l'ouvrier est un être social pour lequel les relations de groupe et le climat psychologique sont d'importants facteurs d'influence
c- Qu'il faut un contrôle strict de l'ouvrier en toute circonstance dans la mesure où celui-ci essaye toujours d'échapper au travail
d- Qu'il faut donner des avantages au leader informel qui émerge dans le groupe afin d'en faire un allié pour le contrôle du groupe

134- Le leadership est : 

a- Une qualité qui peut se travailler et se développer. Toute personne peut donc se former pour disposer d'un diplôme qui représente son leadership
b- Une caractéristique innée que l'on a ou que l'on n'a pas. Certains ont donc plus de chance que d'autres à ce niveau
c- Une caractéristique que l'on acquiert automatiquement en devenant manager dans une organisation
d- Une qualité qui peut se travailler et se développer. Toute personne peut donc développer son leadership si elle y travaille

135- Le management stratégique peut conduire à : 

a- Se limiter à gérer le quotidien
b- La renégociation des salaires du personnel.
c- L’acquisition de sites de production à l’étranger.
d- La révision de la comptabilité de l’entreprise.

136- Les caractéristiques communes à toutes les organisations sont : 

a- Le capital humain, une structure systématique, des buts et objectifs communs, l'autonomie
b- Des buts et objectifs communs, des individus prenant des décisions et accomplissant des tâches, une structure systématique
c- Le capital financier, des buts et objectifs communs, la consistance ou stabilité
d- L'origine, la complexité, l'autonomie et les motivations

137- Manager, c'est : 

a- Gérer le système d’information pour réaliser les objectifs de façon efficace et efficiente via et avec la coopération d'autrui
b- Gérer le processus par lequel des résultats sont obtenus de façon efficace et efficiente, via et avec la coopération d'autrui
c- Gérer le personnel pour réaliser les objectifs de façon efficace et efficiente, via et avec la coopération d'autrui
d- Gérer la relation clientèle pour réaliser les objectifs de façon efficace et efficiente, via et avec la coopération d'autrui

138- Un bon manager doit-il être : 

a- Efficient ou efficace
b- Efficace et efficient
c- Plutôt efficient qu'efficace
d- Plutôt efficace qu'efficient

139- D'après le circuplex du leadership, les trois styles du leadership qui donnent les meilleurs résultats sont : 

a- Les styles directifs, coachant et complaisant
b- Les styles évitant, coachant et participatif
c- Les styles inspirant, coachant et participatif
d- Les styles complaisant, inspirant et participatif

140- La performance de l'entreprise renvoie à : 

a- Sa pertinence, son efficacité et son efficience
b- Son efficacité et son efficience
c- Son efficience
d- Son efficacité

141- L'efficience renvoie à : 

a- L'art de diriger une organisation et de prendre les décisions nécessaires à la réalisation de ses objectifs
b- La capacité à maximiser le profit d'une entreprise
c- La capacité d'atteindre les objectifs à moindre coût en fonction des ressources disponibles
d- La capacité d'atteindre les objectifs en effectuant les tâches qui s'imposent

142- D'après Weber, la bureaucratie est basée sur : 

a- La délégation du pouvoir, une hiérarchie clairement définie, la personnalisation des relations, des normes et règles précises
b- Une hiérarchie clairement définie, la division du travail, l'impersonnalité des relations, des règles et des normes précises
c- La division du travail, la définition des objectifs, l'impersonnalité des relations, des règles et des procédures souples
d- Une structure divisionnelle, la division du travail, l'impersonnalité des relations, une hiérarchie clairement définie

143- Pour Peter Drucker, les seuls facteurs qui font progresser une entreprise sont : 

a- La compétence, la capacité d'innovation, l'attention portée aux fournisseurs, une organisation qui respecte les actionnaires
b- La compétence, le réseau informatique, l'attention portée aux clients, une organisation du travail qui respecte les hommes
c- La compétence, la capacité d'innovation, l'attention portée aux clients, une structure du réseau
d- La compétence, la capacité d'innovation, l'attention portée aux clients, une organisation du travail qui respecte les hommes

144- Le management stratégique vise à orienter l’activité de l’entreprise sur un horizon : 

a- De court terme.
b- De long terme.
c- De moyen terme.
d- Variable.

145- Le concept d’intention stratégique conduit à une réflexion sur : 

a- Le futur rêvé de l’entreprise.
b- L'état actuel de l’entreprise.
c- Le futur probable de l’entreprise.
d- Le futur possible de l’entreprise.

146- Les décisions opérationnelles : 

a- Se prennent en même temps que les décisions stratégiques.
b- Doivent être cohérentes avec les orientations stratégiques prédéfinies.
c- Orientent les orientations stratégiques.
d- Sont indépendantes de la stratégie.

147- La microéconomie a pour objet d'étudier : 

a- Le déficit de la balance commerciale avec l’étranger
b- Le déficit de la balance commerciale avec l'étranger
c- Le comportement économique individuel du consommateur et du producteur
d- La satisfaction des consommateurs

148- L’utilité totale du consommateur est maximale lorsque 

a- Son utilité marginale est maximale
b- Son utilité marginale est nulle
c- Son utilité marginale est minimale ;
d- Son utilité marginale est tendanciellement croissante ;

149- Dans Quelle(s) condition(s) ne correspond(ent) pas à un marché de Concurrence pure et parfaite ? 

a- Atomicité des agents
b- Libre entrée et libre sortie du marché pour les firmes
c- Homogénéité des produits
d- Immobilité des facteurs de production

150- La courbe d’Engel est déduite de la courbe : 

a- d'indifférence
b- De demande
c- Consommation-revenu ;
d- Consommation-prix ;

151- On peut vérifier la nature des rendements d’échelle par : 

a- Les conditions du second ordre (CSO)
b- Les Conditions du premier Ordre (CPO)
c- Lagrange
d- Le degré d’homogénéité

152- L’optimum (L* et K*) chez un producteur est représenté graphiquement par 

a- Le point d’intersection entre isocoût et isoquant
b- Deux droites parallèles
c- Deux isocoûts
d- Deux isoquants

153- Un bien inférieur est un bien pour lequel : 

a- L'élasticité revenu est négative
b- Le revenu diminue
c- La fonction d'utilité est décroissante
d- Aucune réponse n'est valable

154- L'utilité marginale : 

a- Aucune réponse n'est valable
b- Représente le supplément de revenu le prix d'un bien augmente ;
c- Diminue au fur et à mesure que la consommation d’un bien augmente ;
d- Représenté par la dérivée de la fonction consommation.

155- Le Taux marginal de substitution (TMS) 

a- Correspond à la quantité de revenu que l’on est prêt épargner ;
b- Aucune réponse n'est valable
c- Indique le prix maximum que les consommateurs sont prêts à payer.
d- Est la pente de la tangente à la courbe d’indifférence ;

156- L'Effet Giffen exprime : 

a- Aucune réponse n'est valable
b- L’effet de snobisme la demande des biens de luxes
c- La demande d’un bien inférieur augmente lorsque le prix de ce bien augmente ;
d- Effet d’anticipation.

157- L'étude des choix individuels (ménages, entreprises) relèves de 

a- La pensée keynésienne ;
b- La micro-économie ;
c- La théorie de l'équilibre
d- La pensée libérale ;

158- Qu'est-ce qu'un besoin primaire ? 

a- Un service ;
b- Une épargne.
c- Un produit agricole
d- Un sentiment de privation nécessaire à la survie ;

159- Selon la pyramide de Maslow, on commence toujours à satisfaire : 

a- Les besoins physiologiques ;
b- Les besoins d'appartenance.
c- Aucune réponse n'est valable
d- Les besoins d'accomplissement ;

160- Le produit Nationale Brut est égal à la : 

a- Aucune réponse n'est valable
b- PIB + Revenus reçus du reste du monde - Revenus versés au reste du monde
c- Somme des Chiffres d'affaire +Droit de douane + TVA ;
d- Revenus reçus du reste du monde -Exportation + Importations

Aidez-nous à mieux vous aider
Partagez avec nous des concours, examens, rapports, mémoire, pfe, cours, des conseils... Contribuer au site

0 commentaire

Enregistrer un commentaire