66 Questions avec Corrigés en Audit Général

66 questions pour mettre à l'épreuve vos connaissances en Audit
66 Questions avec Corrigés en Audit Général

1- L’audit est :
A. Un examen professionnel.
B. Une sorte de vérification.
C. Un type de contrôle de gestion.
D. Un processus méthodologique.
2- Un auditeur interne peut être un :
A. Salarié de l’entreprise.
B. Commissaire aux comptes.
C. Intervenant externe.
D. Etudiant.
E. Aucune réponse
3- Les normes générales de l’audit :
A. Sont fictives.
B. Sont optionnelles.
C. Sont obligatoires.
D. Sont de nature comptable.
E. Aucune réponse.
4- Nous pouvons parler de risque dans les situations suivantes :
A. Absence d’une répartition des tâches.
B. Confusion des tâches.
C. Évaluation forfaitaire des stocks.
D. Sous-effectif du personnel comptable.
E. Aucune réponse.
5- Un auditeur est forcément un :
A. Commissaire aux comptes.
B. Inspecteur.
C. Expert-comptable.
D. Professionnel de traitement de l’information.
6- L’audit légal est :
A. Un audit optionnel.
B. Un audit obligatoire.
C. Un audit interne.
D. Un audit externe.
7- Le mandat d’un commissaire aux comptes doit durer :
A. Une année.
B. 2 années.
C. 3 années.
D 4 années.
E. Aucune réponse.
8- En matière d’audit légal, l’auditeur est tenu d’une :
A. Obligation de détection de fraudes.
B. Obligation d’amélioration de la gestion.
C. Obligation de moyens.
D. Obligation de résultats.
9- Le contrôle interne est un ensemble des pratiques et procédures mise en œuvre par la direction en vue :
A. De protéger le patrimoine de l’organisation.
B. De publier les comptes.
C. De contribuer au bon fonctionnement de l’organisation.
D. D’éviter complètement les erreurs et les fraudes.
E. Aucune réponse.
10- Lors de l’accomplissement d’une mission d’audit, un auditeur n’est pas tenu de :
A. Tout contrôler.
B. Revoir toutes l’opération passée au niveau comptable.
C. Planifier et orienter le travail de l’auditeur interne.
D. Mettre en place tous les moyens nécessaires à la réalisation de la mission.
E. Aucune réponse.
11- Pour détecter les anomalies l’auditeur peut faire appel aux outils suivants :
A. Des contrôles physiques.
B. Des impressions personnelles.
C. La revue de vraisemblance.
D. La technique de sondage.
12- Les quels des éléments ci-dessous, peuvent faire l’objet de confirmation :
A. Les créances clients.
B. Les provisions pour créances clients.
C. Les dettes fournisseurs.
D. Les amortissements des immobilisations corporelles.
13- Au cours de son mandat un commissaire aux comptes :
A. Peut toujours émettre des opinions sans réserve.
B. Doit toujours exercer sa mission jusqu’ à son terme.
C. A toujours la possibilité de démissionner pour motif légitime.
D. Ne peut jamais démissionner.
14- Le principe de la propriété peut stipuler que :
A. Un bien acquis par crédit-bail ne doit pas figurer dans l’actif d’une entreprise.
B. Le patrimoine d’une entreprise est constitué des actifs qui lui appartiennent.
C. Toutes les opérations doivent être enregistrées et réelles.
D. Aucune réponse.
15- Dans un processus d’achat, la mise en concurrence de fournisseurs permet :
A. D’identifier les avances aux fournisseurs non récupérées.
B. De rechercher le meilleur rapport qualité- prix.
C. De faire jour la concurrence entre les fournisseurs.
D. Aucune réponse.
16- Un auditeur des achats peut :
A. Mettre en évidence le risque de forte dépendance d’un seul fournisseur.
B. Mettre en évidence le risque de non mise en concurrence des fournisseurs.
C. Remettre en cause l’existence d’une procédure d’achat bien élaborée et non respectée.
D. Aucune réponse.
17- Lors de l’accomplissement d’une mission d’audit, un auditeur est tenu de :
A. Planifier et orienter la mission de chaque salarié au sein de l’entreprise.
B. Tous vérifier.
C. Sélectionner les éléments à contrôler.
D. Faire appel à un expert dans un domaine que lui ne maîtrise pas.
E. De licencier l’auditeur interne en cas d’incompétence
18- Afin de détecter des anomalies, l’auditeur financier peut croiser de l’information issue de :
A. L’actif et du passif du bilan.
B. Bilan et CPC.
C. Bilan et du patrimoine personnel du dirigeant.
D. CPC et des orientations stratégiques de l’entreprise.
E. Aucune réponse.
19- Dans le domaine de l’audit, l’auditeur peut faire appel à un certain nombre de technique de control et de vérifications, parmi lesquelles nous pouvons citer :
A. La vérification des actifs corporels au sein de l’entreprise.
B. La demande (collecte) d’information interne et externe de l’entreprise.
C. La vérification d’un calcul.
D. L’observation sur le terrain.
E. Aucune réponse.
20- Le montant des provisions constatées attire l’attention de l’auditeur parce que :
A. La constatation des provisions est une obligation légale.
B. Il existe des méthodes de calcul précises.
C. Il s’agit d’une simple estimation.
D. Les provisions figurent aussi bien à l’actif qu’au passif du bilan.
E. Les provisions peuvent avoir une influence significative sur le patrimoine de l’entreprise.
21- Dans quel (s)cas parle-t-on d’une fraude ?
A. Une erreur sur la date d’enregistrement d’une opération.
B. Une erreur sur le calcul arithmétique d’une opération.
C. Le non enregistrement d’une sortie de stock.
D. L’enregistrement d’opérations fictives.
E. Aucune réponse.
22- Les dirigeants d’une entreprise ont arrêté les comptes annuels de l’exercice après avoir procédé à une majoration d’importante de la valeur des stocks et une minoration significative des opérations ainsi que des provisions dans ce cas on peut parler de :
A. Du respecte du principe de prudence.
B. D’une dissimulation de la situation financière de l’entreprise.
C. D’une fraude.
D. D’une erreur.
E. Aucune réponse.

GAMA est une entreprise qui opère dans le secteur de l’électroménager, suite à la forte concurrence, le niveau de commande ne cesse de diminuer à cause des prix de ventes compétitifs proposés par les concurrents. Dans le tableau ci-dessous, on note les éléments liés à la situation financière de l’entreprise GAMA (en milliers) :
(2) Produits financiers =0 DH pour les deux exercices.
23- À la lecture des informations ci-dessus, en tant qu’auditeur, vous pouvez mettre en évidence les risques de :
A. Capitaux propres négatives.
B. Surendettement.
C. Indépendance des produits financiers.
D. Détérioration du niveau de rentabilité.
E. Aucune réponse.
24- Entant qu’auditeur, quelle(s) situation(s) présente (ent) pour vous une anomalie (incohérence) :
A. Report à nouveau =0
B. Provisions pour risques et charges =380
C. Capital social stable en 2013 et 2014.
D. Réserves stables en 2013 et 2014
E. Aucune réponse
25- sur la base des informations financières sur l’entreprise Gama nous pouvons avancer que :
A. Le niveau des emprunts et celui des frais financiers sont proportionnels.
B. Le niveau des emprunts et celui de résultat sont cohérents.
C. La stagnation du niveau des provisions est normale.
D. Le niveau des emprunts est justifié.
E. Aucune réponse.
26- La dégradation du niveau de commandes en 2014 présente :
A. Un risque de suractivité.
B. Un risque de sous-activité.
C. Un risque de crédit client.
D. Un risque éventuel de conflit.
E. Aucune réponse.
27- En 2014, les dirigeants ont arrêtés les comptes annuels de l’exercice après avoir procédé à une réduction importante de la valeur des stocks et des provisions dans ce cas on peut parler :
A. Du respect du principe de prudence.
B. Du respect du principe de propriété.
C. Du respect du principe de réalité.
D. Du respect du principe d’évaluation correcte.
E. Aucune réponse.
28- lors de la rédaction de son rapport de fin d’émission, le CAC peut éventuellement formuler pour l’entreprise GAMA, les recommandations suivantes :
A. L’augmentation des prix de vente.
B. La diminution des prix de vente.
C. La diminution des réserves.
D. L’annulation des provisions pour risques et charges.
E. Aucune réponse.
29- Un auditeur social s’intéresse à :
A. Evaluer la procédure de recrutement.
B. Décider les augmentations de salaires.
C. Décider le licenciement des salaries non productifs.
D. Vérifier le respect d’une procédure de recrutement.
30- Un audit social peut porter sur :
A. La politique de motivation.
B. Les salariés.
C. Les conditions de travail.
D. L’effectif de personnel.
E. Aucune réponse.
31- Un audit financier et comptable est :
A. Un contrôle de financement.
B. Un contrôle des documents comptables.
C. Un contrôle de performance des fonctions de l'entreprise.
D. Est un contrôle fiscal.
32- Un audit opérationnel peut être :
A. Un audit financier.
B. Un audit d'achat.
C. Un audit social.
D. Un audit de financement.
33- Un audit opérationnel :
A. Vise à évaluer la sincérité et la régularité des documents comptables.
B. Vise à assurer le respect des principes comptables.
C. Vise à certifier les comptes.
D. Aucune réponse.
34- Le rôle d'auditeur financier et comptable est de :
A. Certifier les comptes.
B. Assurer la sincérité et la régularité des comptes.
C. Assurer le bon fonctionnement de toutes les fonctions de l'entreprise.
D. Donner son opinion sur les comptes.
E. Aucune réponse.
35- Le rôle d'auditeur sociale est de :
A. Evaluer la procédure de recrutement.
B. Assurer la performance de fonction ressources humaines.
C. Evaluer le climat social.
D. Licencier un salarié non rentable.
E. Élaborer un processus de recrutement.
36- Un commissaire aux comptes doit être :
A. Un auditeur opérationnel.
B. Un auditeur financier et comptables.
C. Un auditeur externe.
D. Un expert-comptable.
E. Un certificateur des comptes.
37- Les éléments probants sont :
A. Des normes.
B. Des procédures.
C. Des pièces justificatives.
D. Des anomalies.
E. Des informations basées sur les preuves.
38-L'audit se base sur :
A. Les normes.
B. Les standards.
C. Les procédures.
D. Les impressions personnelles.
E. Des références.
39- L'auditeur se raisonne en termes de :
A. Faits.
B. Conséquences.
C. Risques.
D. Prévisions.
40- Le rôle d'un auditeur est :
A. certifier les comptes.
B. Donner son opinion sur les comptes.
C. évaluer les procédures.
D. aider l'entreprise à maîtriser ses risques.
41- L'audit interne :
A. Entre dans le cadre de la politique du contrôle interne.
B. Est un audit conseil.
C. Est un contrôle prévention.
D. Est un examen dépendant.
42- En matière d'audit d'achat dans quel cas y'a-t-il un risque :
A. Indépendance d'un seul fournisseur.
B. La dépendance d'un seul client.
C. La mise en concurrence des fournisseurs.
D. Le nom mise en concurrence des clients.
E. Aucune de ces réponses.
43- L'audit marketing se porte sur :
A. Budget promotionnel.
B. Les moyens de communication.
C. La gestion des relations clients.
D. La politique d'achat.
E. Aucune de ces réponses.
44- L'audit production se porte sur :
A. La trésorerie.
B. Efficacité de la production.
C. Rémunération des forces des ventes.
D. L'utilisation des ressources de l'entreprise.
E. Aucune de ces réponses.
45- Audit social peut se porte sur :
A. Climat social.
B. Accidents du travail.
C. Les salaires.
D. Recrutement.
E. Licenciement.
46- L'audit de finance se porte sur :
A. Les documents comptables.
B. Le choix de financement.
C. Financement des activités.
D. La rentabilité financière.
E. Aucune réponse.
47- Un auditeur est tenu :
A. D'une obligation des moyens.
B. D'une obligation des moyens et des résultats.
C. D'une obligation de certification.
D. D'une obligation amélioration de la gestion.
E. Aucune de ces réponses.
48- Un auditeur d'achat doit mettre en évidence les risques suivants :
A. Existence d'une procédure d'achat bien élaborée et bien respectée.
B. Existence d'une procédure d'achat mal élaborée et bien respectée.
C. Existence d'une procédure d'achat bien élaborée et mal respectée.
D. Manques des procédures d'achat.
E. Aucune de ces réponses.
49- Un auditeur social peut mettre en évidence :
A. Le manque des procédures de recrutement.
B. Existence des procédures de recrutement bien élaborée et mal respectée.
C. L'existence d'une procédure de recrutement.
D. L'existence d'une procédure de recrutement bien élaborée et bien respectée.
E. Aucune de ces réponses.
50- Audit social s'assure à :
A. La variabilité des salaires.
B. Que les salariés perçoivent même salaires.
C. A une division des tâches claire.
D. La revue et le respect des procédures.
E. Licenciement des salariés non rentables.
51- Dans le cadre de la phase de la prise en connaissance générale de l'entité l'auditeur s'intéresse aux comptes :
A. Confusion des tâches.
B. Structure organisationnelle.
C. Taux de croissance du secteur d'activité.
D. Organigramme.
52- Dans la première phase de la démarche d'audit en peut mettre en évidence les risques suivants :
A. Risque inhérent.
B. Risque du contrôle interne.
C. Risque des problèmes techniques.
D. Sur effectif du service comptable.
E. Risque de non détection.
53- Dans la troisième phase du processus d'audit, l'auditeur s'intéresse :
A. Aux risques de confusion des tâches.
B. A l'appréciation du contrôle interne.
C. Aux procédures.
D. Comptes CPC et Bilan.
E. A l'examen analytique.
54- le contrôle effectué par l'auditeur dans la troisième phase du processus d'audit s'agit :
A. d'un examen des comptes.
B. appréciation du contrôle interne.
C. examen analytique.
D. examen limité.
E. Revue analytique.
55- Dans le cadre de la phase d'appréciation du contrôle interne l'auditeur s'intéresse à :
A. Risque de non-respect des dispositions législative.
B. Risque de confusion des tâches.
C. Comptes CPC et Bilan.
D. Orientation stratégique.
E. L'évaluation des procédures.
56- Dans la deuxième phase de la démarche d'audit l'auditeur peut mette en évidence les risques suivants :
A. Risque du contrôle interne.
B. Risque inhérent.
C. Risque de non détection.
D. Inexistence d'un contrôle réciproque.
E. Les anomalies dans les comptes.
57- La mission d'audit peut se passer :
A. Sans tout contrôler.
B. Sans tout vérifier.
D. Sans passé à la phase de connaissance générale.
E. Sans planification.
58- La mission d'audit ne peut se passer :
A. Sans tout contrôler.
B. Sans tout vérifier.
C. Sans passer à la phase d'évaluation du contrôle interne.
D. Sans passer à la phase de la revue analytique.
59- L'approche à risques vise à :
A. Délimiter les zones à risques.
B. Eviter les zones de risques.
C. Limiter les zones de risques.
D. Déterminer les zones à risques.
60- L'analyse à risque à permet :
A. Sélectionner les éléments à contrôler.
B. Orienter le travail d'audit.
C. Faire l'objet d'approfondissement.
D. De limiter les zones de risques.
61- Lors de la phase de connaissance générale de l'entité l'auditeur s'intéresse à :
A. La structure organisationnelle.
B. Élaborer le rapport.
C. Évaluation des procédures.
D. D'examen des comptes.
62- Lors de la phase d'évaluation du contrôle interne l'auditeur peut mettre en évidence :
A. Existences des anomalies dans les comptes.
B. Risque de confusion des tâches.
C. L'existence des procédures.
D. Le non-respect des procédures.
E. Aucune réponse.
63- Lors de la phase d'appréciation du contrôle interne l'auditeur peut mettre en cause :
A. Existence des procédures bien élaborées et mal respectées.
B. Existence des procédures mal élaborées et bien respectées.
C. Existence des procédures bien élaborées et mal respectées.
D. Existence des procédures bien élaborées.
E. Existence des procédures bien respectées.
64- Lors de la phase d'examen analytique l'auditeur peut faire l'objet d'une comparaison entre le chiffre d'affaire et :
A. Le résultat de l'entreprise concurrente.
B. La TVA déclarée par l'entreprise.
C. L'orientation stratégique de l'entreprise.
D. Le chiffre d'affaires d'une entreprise concurrente.
E. Aucune réponse.
65- L'auditeur peut faire l'objet d'une confirmation auprès :
A. Des clients.
B. De dirigeant.
C. De directeur financier.
D. Des fournisseurs.
66- L'auditeur ne peut pas faire l'objet d'une circularisation auprès :
A. Des clients.
B. Des dirigeants.
C. Organismes sociaux.
D. Du service comptable.
E. Banques.




N° de question
Réponse
1
ABD
2
A
3
C
4
ABCD
5
D
6
BD
7
E
8
C
9
AC
10
ABC
11
ACD
12
AC
13
AC
14
AB
15
BC
16
ABC
17
CD
18
ABD
19
ABCD
20
CE
21
CD
22
BC
23
BD
24
D
25
E
26
BD
27
E
28
E
29
AD
30
ABCD
31
B
32
BCD
33
D
34
BD
35
ABC
36
BCDE
37
CE
38
ABCE
39
ABC
40
CD
41
AC
42
E
43
ABC
44
BD
45
ABCD
46
A
47
A
48
E
49
AB
50
ACD
51
BCD
52
BE
53
DE
54
ACE
55
ABE
56
AD
57
AB
58
CD
59
AD
60
ABC
61
A
62
BD
63
ABC
64
BCD
65
AD
66
BD

0 commentaire

Publier un commentaire